• Centrafrique : Les forces gouvernementales se livrent à des exactions avec le soutien des forces spéciales françaises.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Communiqué de Survie, le 2 avril 2007<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    L’association Survie, qui milite en faveur de l’assainissement des relations franco-africaines, regrette le déplacement du chef de l’État Jacques Chirac auprès du Commandement des opérations spéciales (COS), forces spéciales basées à Bayonne.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Cette unité militaire, créée au moment de la guerre du Golfe en 1992 et qui relève directement de l’Elysée (hors hiérarchie militaire), intervient en Afrique dans des missions qui échappent au contrôle de l’opinion publique et qui permettent de couvrir des violations massives des droits de l’Homme.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Actuellement, les Forces spéciales sont engagées dans le Nord Est de la République Centrafricaine et soutiennent le régime en place avec notamment une couverture aérienne « quasi permanente » et des instructeurs militaires. Les forces gouvernementales centrafricaines ont tout loisir de se livrer à des exactions en toute impunité, ce que dénonce l’Union Africaine dans un rapport interne et ce que constate l’ONU.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Au Rwanda, de 1990 à 1993 alors que le régime connaissait une dérive de type génocidaire dénoncée par des ONG de défense des droits de l’Homme, des soldats du COS ont entraîné les Forces armées rwandaises, fers de lance au printemps 1994 du génocide d’un million de Tutsi.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    En Côte d’Ivoire en 2004, des membres du COS ont été mis en cause dans la fusillade de jeunes manifestants ivoiriens (non armés) à Abidjan. En 2005, le général Poncet, alors commandant en chef du COS, était suspendu suite à l’assassinat d’un jeune ivoirien accusé de semer la terreur dans le nord du pays.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    En rendant hommage à ces troupes d’élite à Bayonne, le président de la République veut conforter cet état de fait et laisser des recommandations pour ses successeurs. Cette visite lui permettra de faire l’apologie du COS, présenté comme une source de fierté nationale de défense des intérêts de la Nation française à l’étranger.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Si, comme le prétend le Premier ministre Dominique de Villepin, l’engagement des forces françaises est « une preuve tangible que la France défend des valeurs démocratiques et non des régimes », nous demandons que toute intervention de l’armée française fasse l’objet d’un débat préalable et d’un contrôle parlementaires (1).<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Cette revendication avait d’ailleurs été émise en 2000 lors du dépôt par le député François Lamy d’un Rapport d’information sur le contrôle parlementaire des opérations extérieures.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Nous demandons également la suppression pure et simple du COS, forces au service d’une politique qui a aujourd’hui atteint ses limites, après les avoir prouvées au Rwanda ou en Côte d’Ivoire.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    (…)<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    *************<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Ce communiqué de presse vous a été transmis par l'Association de la Presse Panafricaine.<o:p></o:p>

     **************<o:p></o:p>

     Pour plus d'information sur les missions de l'APPA, cliquez <a href="http://www.capefrance.com/fr/cape/associations/24.html">ici</a>.<o:p></o:p>

     L’utilisateur de la liste de diffusion de l’APPA est averti qu'en aucun cas l’APPA, administrateur de cette liste de diffusion, ne pourra être tenu pour responsable d'une quelconque erreur ou omission. L'abonné est également averti que l’APPA dégage toute responsabilité pour les informations écrites ou fournies par des tiers. La publication libre de communiqués de presse, d’annonces presse, d’invitations, d'articles et commentaires sur la liste de diffusion de l’APPA est un service offert par l’APPA à ses utilisateurs.<o:p></o:p>

    L’APPA n'engage pas sa responsabilité pour les informations inexactes, erreurs de droit, et opinions émises sur la liste de diffusion par des tiers.<o:p></o:p>

    http://www.clickoblog.com/a1c7f2e3fca793bab37aea65889d25b0b
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


    votre commentaire
  •  

    Pénurie d’eau potable à Pointe-Noire

    Les religieuses se disent choquées et lancent un message pathétique<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On ne le dira jamais assez, le manque d’eau potable dans les quartiers des villes congolaises rend la vie pénible aux populations. La situation, négligée ou banalisée par les pouvoirs publics, tant il est vrai qu’elle remonte aux années 80, est devenue critique, après l’apparition de l’épidémie de choléra. A Pointe-Noire, les religieuses sont sorties de leur réserve et, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’eau, elles ont publié un message pathétique. «Nous sommes choquées de constater que le quotidien du Ponténégrin est fait, depuis quelques années, de manque d’eau et de bidons jaunes à transporter tous les jours», disent-elles.<o:p></o:p>

    <?xml:namespace prefix = v ns = "urn:schemas-microsoft-com:vml" /><v:rect id=_x0000_s1030 style="WIDTH: 144.6pt; HEIGHT: 102pt; mso-position-horizontal: absolute" o:cliptowrap="t" insetpen="t" stroked="f" filled="f" o:preferrelative="t" alt=""><v:imagedata o:title="2682_OE4" src="file:///C:\DOCUME~1\JCMAYI~1\LOCALS~1\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image001.jpg"></v:imagedata><v:path o:extrusionok="f"></v:path><o:lock grouping="t" aspectratio="t" ungrouping="t" v:ext="edit"></o:lock></v:rect><o:p></o:p>

    A l’occasion de la Journée internationale de l’eau, les religieuses ont donné de la voix.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    L’apparition de l’épidémie de choléra est la preuve du calvaire des populations congolaises, en matière d’accès à l’eau potable. Selon les récentes statistiques établies, le 26 mars 2007, par la direction de la lutte contre la maladie au Ministère de la santé, des affaires sociales et de la famille, le département de Pointe-Noire a enregistré 16 nouveaux, ces derniers jours, ce qui porte à 6.212 le nombre de personnes touchées par l’épidémie de cholera, dont 62 décès. La ville de Pointe-Noire demeure, de loin, la plus touchée par l’épidémie déclarée depuis la fin du mois de janvier dernier.<o:p></o:p>


    Le Kouilou a enregistré 208 cas, dont 17 décès; Brazzaville a eu 3 nouveaux cas qui portent le nombre total de malades à 153, dont 7 décès. Le département de la Bouenza a aussi ses cas de choléra avec 112 personnes atteintes pour 6 décès. Le total donne, pour l’ensemble du pays, 6.685 cas pour 92 décès. Même si la progression de l’épidémie a été ralentie, la tendance des statistiques montre clairement que l’épidémie n’a pas encore été vaincue, comme s’en défend le gouvernement. La situation demeure préoccupante.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Au centre de cette maladie, la question de l’accès à l’eau potable. Le système de distribution de la S.n.d.e (Société nationale de distribution d’eau) est défaillant, depuis les années 80. L’eau minérale produite dans le pays est hors de prix pour la majeure partie des ménages. Dans les quartiers populaires, on se contente d’eau de pluie ou de puits. Et même si des conseils sont prodigués pour la bouillir, avant de la consommer, encore faut-il que les ménages disposent d’assez de moyens pour avoir le bois de chauffe nécessaire.<o:p></o:p>


    Face à la situation pénible de l’accès à l’eau potable et ses conséquences dramatiques, notamment l’apparition de l’épidémie de choléra, les religieuses du diocèse de Pointe-Noire sont sorties de la réserve qui caractérise essentiellement leur vie. Elles ont donné de la voix, à l’occasion de la célébration de la 15ème journée internationale de l’eau, pour interpeller les pouvoirs publics et la communauté internationale sur le drame que vivent les populations dans les quartiers, par manque d’eau potable. Une initiative originale, qui leur a attiré les foudres de ceux qui pensent qu’elles se mêlent de ce qui ne
    les regardent pas. Il n’empêche. Elles ont voulu marquer la 15ème édition de la Journée internationale de l’eau. Réunies au sein de l’U.r.d  (Union diocésaine des religieuses) de Pointe-Noire, elles célébré, en différé, le dimanche 25 mars 2007, cette journée, à la cathédrale Saint-Pierre Apôtre, en présence de Mgr Jean-Claude Makaya Loemba, évêque du diocèse de Pointe-Noire et des religieuses venues de toutes les paroisses du diocèse. Au début de la messe, sœur Maria Theresa, présidente de l’association, a signifié l’importance de l’eau dans la vie humaine. «L’eau, c’est la vie. La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, dit Saint Irénée. L’homme vivant! La vie de l’homme! C’est bien pour cela que nous sommes rassemblés ici. Les religieuses du diocèse de Pointe-Noire ont choisi, pour signifier cette vie, le bidon jaune. Le bidon qui porte l’eau. Le bidon qui porte la vie, nous le verrons pour la supplication et pour la        louange ».<o:p></o:p>


    Sœur Maria Theresa a ensuite donné lecture du message de l’U.r.d (voir encadré), à l’occasion de la journée internationale de l’eau. (Lire aussi en page 13), la réflexion du ministre Bruno Jean Richard Itoua, à l’occasion de la célébration de cette journée.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Equateur Denis NGUIMBI<o:p></o:p>

    Jean Baptiste MILANDOU<o:p></o:p>

    Joël NSONI<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Message de l’Union diocésaine des religieuses de Pointe-Noire, à l’occasion de la messe pour l’eau<o:p></o:p>


    Prenant conscience de notre rôle dans l’Eglise et dans la société, rôle de communicatrice et de gardienne de la vie, nous, religieuses du diocèse de Pointe-Noire, regroupées dans l’Union Diocésaine des Religieuses (U.d.r), sommes choquées de constater que le quotidien du Ponténégrin est fait, depuis quelques années, de manque d’eau et de bidons jaunes à transporter tous les jours, pour aller à la quête de l’eau qui représente, à nos yeux, la vie.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Vivant et voyant cette injustice, nous ne saurions fermer les yeux. C’est pourquoi, faisant référence à la parole de Dieu inscrite dans Jean 4, 7-15, nous voulons rappeler, à tous et particulièrement à nos autorités publiques, que l’eau est source de vie; sans elle, il n’ y a pas de vie possible; sa distribution fait traditionnellement partie des responsabilités d’organismes publics. D’ailleurs, l’eau n’est-elle pas ce qui, au début de la création, existait déjà? (cf. Genèse 1).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L’eau est un droit, car elle est un bien commun et n’est la propriété de personne. Le droit à l’eau, comme tous les droits de l’homme se base sur la dignité humaine et non pas sur des évaluations de type purement quantitatif, qui ne considèrent l’eau que comme un bien économique. Sans eau, la vie est menacée. Le droit à l’eau est un droit universel et inaliénable (cf. Compendium de la Doctrine sociale de l’Eglise n° 485). <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le conseil économique et social des Nations unies, dans son Observation générale n°15 nous rappelle que «le droit à l’eau consiste en un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à coût abordable, d’une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun».<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 2005, l’enquête menée par l’Union diocésaine des religieuses a montré que l’eau est, réellement, devenue un problème crucial dans la ville de Pointe-Noire: En témoigne, aujourd’hui, la valse des bidons jaunes devenue un phénomène courant dans la ville. Un autre témoignage de l’acuité de la problématique de l’eau est la présence, à Brazzaville et Pointe-Noire, d’une épidémie de choléra qui nous incite à nous engager davantage et à revendiquer notre droit à l’eau.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comment comprendre que la municipalisation accélérée de 2004 à Pointe-Noire, avec un budget de 44 milliards de francs Cfa n’ait pu résoudre ce problème de l’eau à Pointe-Noire? Comment pouvons-nous admettre qu’avec des revenus pétroliers d’environ 2000 milliards de francs Cfa, en 2006, l’eau continue à demeurer un luxe pour les populations congolaises?<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En conséquence, l’U.d.r lance un pressant appel aux pouvoirs publics pour tout mettre en œuvre, afin d’apporter les solutions attendues et résoudre, durablement, les difficultés rencontrées par les populations en matière d’approvisionnement en eau; de même, elle demande aux institutions financières internationales présentes au Congo d’inscrire cette priorité dans les discussions avec le gouvernement.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Merci à Dieu et aussi à ceux qui nous suivent, aujourd’hui, et qui accepteront de s’engager pour que l’eau puisse couler dans les robinets, car tous, nous y avons droit.<o:p></o:p>


    Que Dieu, Père de toute création, nous bénisse et nous soutienne.<o:p></o:p>


     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    EFL, Militant Politique (Cliquer sur les liens ci-dessous)<o:p></o:p>

    - Pour la Démocratie et le Développement du Congo-Brazzaville.<o:p></o:p>

    - Contre la Discrimination raciale en France<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    ========================<o:p></o:p>

    Découvrez une nouvelle façon d'obtenir des réponses à toutes vos questions ! Profitez des connaissances, des opinions et des expériences des internautes sur Yahoo! Questions/Réponses.<o:p></o:p>

     __._,_.___

    POUR EN SAVOIR PLUS, VISITEZ LES SITES INTERNET CI-APRES :<o:p></o:p>

    - http://www.africa-humanvoice.org/afrique/<o:p></o:p>

    - http://www.congo-transparence.com<o:p></o:p>

    - http://voxhumana.club.fr<o:p></o:p>

    - http://www.congo-mikale.org<o:p></o:p>

    - http://www.mwinda.org<o:p></o:p>

    - http://www.kimpwanza.org<o:p></o:p>

    - http://www.fidh.org<o:p></o:p>


    ------------------<o:p></o:p>


    Inscrivez-vous à la NEWSLETTER "CONGONEWS-BRAZZAVILLE" :<o:p></o:p>

    E-mail : congonewsbzv-subscribe@yahoogroupes.fr<o:p></o:p>

    Vous serez les premiers informés sur l'actualité congolaise quotidiennement.<o:p></o:p>

    -------------------------<o:p></o:p>

    FORUM AFRIQUE VOIX-HUMAINE :<o:p></o:p>

    Envoyer un message : voix-humaine@yahoogroupes.fr<o:p></o:p>

    S'abonner : voix-humaine-subscribe@yahoogroupes.fr<o:p></o:p>

    Se désabonner : voix-humaine-unsubscribe@yahoogroupes.fr<o:p></o:p>

    Propriétaire de la liste : voix-humaine-owner@yahoogroupes.fr <o:p></o:p>

    URL à cette page : http://fr.groups.yahoo.com/group/voix-humaine<o:p></o:p>


    ----------------------------<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    http://www.clickoblog.com/a1c7f2e3fca793bab37aea65889d25b0b
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


    votre commentaire
  • Encore plus de pétrole

    Pour le groupe pétrolier français Total, le Congo Brazzaville semble être un véritable jackpot. Déjà très actif dans ce pays depuis de nombreuses années et sous différents régimes, Total a annoncé lundi la découverte de deux réserves qualifiées de « majeures » dans la partie nord du permis dont il dispose à Moho-Bilondo (offshore profond).

    Les forages effectués à près de trois kilomètres de profondeurs ont donné des indications très favorables quant à la présence de grandes quantités de pétrole.

    Publié le 3 avril 2007.

    --
    "Plus un ordre viole la nature, l'habitude et la norme, et plus l'usage de la violence lui est indispensable" (Lanza Del Vasto)
    --
    "L'ascension sociale se faisant sans échelle, ceux qui se dégagent et s'élèvent ne peuvent que monter sur les épaules et sur la tête de ceux qu'ils enfoncent.." (Lanza Del Vasto).
     

    http://www.clickoblog.com/a1c7f2e3fca793bab37aea65889d25b0b
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>


    votre commentaire
  • Plainte contre des chefs d'Etat africains

    Un groupe d'associations parisiennes s'en va-t-en guerre contre plusieurs chefs d'Etat africains accusés de bâtir leurs fortunes personnelles en détournant les fonds de leurs pays respectifs.

    Sherpa et Survie, deux associations de défense de droits de l'homme, viennent de déposer, à Paris, une plainte contre certains chefs d'Etat africains qu'elles accusent de "recel et détournements de biens publics", apprend-on de l'agence parisienne AP. Les deux associations exigent des accusés, les preuves sur la provenance des fonds avec lesquels ces présidents incriminés ont acquis leurs biens immobiliers en France.
     
    © Info.net
     
    La plainte a été déposée auprès du procureur de la République de Paris. Y sont épinglées, les multiples résidences parisiennes (dont certaines servant de villégiature de bord de mer) de cinq chef d'Etat africains dont Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Omar Bongo Ondimba (Gabon), Théodore Obiang Nguema (Guinée-Equatoriale) et Eduardo Dos Santos (Angola).
     

    "Quel que soient les mérite de ces dirigeants et leurs compétences, personne ne peut croire sérieusement que ces biens immobiliers, dont la valeur est aujourd'hui pour certains d'entre eux de l'ordre de plusieurs millions d'euros, ont pu être acquis par le seul fruit de leurs salaires", considèrent les associations dans leur plainte qui, cependant, se heurte à une difficulté de taille : l'immunité accordée en droit français aux chefs d'Etat étrangers en exercice.

    Déterminées, les deux associations promettent de contourner cet obstacle en amenant devant la barre, les membres des familles de ces dirigeants africains qui s'affichent en propriétaires de ces biens. La démarche est appuyée par le comité catholique contre la faim (CCFD). Le mois dernier, ce comité a publié un rapport sur la fortune des présidents «dictateurs».
     

    ------------------------------<wbr>----------

    "L'ascension sociale se faisant sans échelle, ceux qui se dégagent et s'élèvent ne peuvent que monter sur les épaules et sur la tête de ceux qu'ils enfoncent.." (Lanza Del Vasto).
     
     
     

    http://www.clickoblog.com/a1c7f2e3fca793bab37aea65889d25b0b
    http://www.clickoblog.com/ld4db78e389387c2d6f0b5404cbc61fc5<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>


    votre commentaire
  • L'APPA s'adresse aux Francs-Maçons francophones

    La radio maçonnique francophone sur Internet, Radio Temple, a sollicité mercredi une interview du conseiller spécial du Président de l'Association de la Presse Panafricaine (APPA), Nicolas POMPIGNE-MOGNARD.

    Répondant aux questions de la rédaction de Radio Temple, M. POMPIGNE-MOGNARD, a notamment évoqué l'affaire Pascal SEVRAN.

    Cette interview a par ailleurs été l'occasion de présenter l'APPA aux auditeurs de Radio Temple, répartis dans plus de 35 pays.

    Créée et animée par des journalistes professionnels, Radio Temple est accessible gratuitement depuis le continent africain.

    « Les membres du bureau de l'APPA sont régulièrement sollicités afin d'accorder des interviews.  (…) Je suis heureux que notre activité ait retenu l'attention de Radio Temple. Nous avons ainsi pu faire entendre la voix de l'APPA dans plus de 35 pays du monde. », a considéré le conseiller spécial du Président de l'APPA.

    Le nombre de francs-maçons dans le monde est estimé à 6 millions.

    FIN

    Pour visiter le site Internet de Radio Temple: www.radiotemple.com

    Pour adresser un e-mail à Radio Temple : redaction@radiotemple.com



    --
    "L'ascension sociale se faisant sans échelle, ceux qui se dégagent et s'élèvent ne peuvent que monter sur les épaules et sur la tête de ceux qu'ils enfoncent.." (Lanza Del Vasto).

     

    votre commentaire